Pour le
développement
et le mieux-être
des enfants

Historique

Au début des années 2000, la Fondation Chagnon approche la Fondation du CHRTR afin de l’intéresser à la création d’un projet de pédiatrie sociale. 

Avant son départ en mars 2005, Sœur Georgette Beaudry, fondatrice de la Maison Coup de pouce, fait des démarches et relance donc la fondation Chagnon pour l’implantation du projet de pédiatrie sociale. Un des objectifs était de davantage compléter les services de la Maison Coup de pouce, dans l’amélioration de la qualité de vies des enfants et familles du secteur Adélard Dugré. Ceci en ayant le souhait d’être aussi en lien direct avec les futurs intervenants de la pédiatrie sociale, dans un milieu convivial pour accueillir les familles en toute simplicité autour d’une table de cuisine, avec un endroit pour les examens et un espace de bureau. La Maison Coup de pouce offrant déjà différents services appréciés des familles (ateliers de rencontres parents-enfants 0-4, programme Québec en Forme 6-12, aide aux devoirs 6-12, ateliers d’art pour adultes, cuisine collective, cafés-rencontres, etc.) permettrait d'utiliser ce lien de confiance établi avec elles, afin de référer plus facilement certaines familles dans le besoin, pour des consultations en pédiatrie sociale.

Lors du départ de Sœur Beaudry, les démarches pour la venue la pédiatrie sociale se poursuivent et une demande est adressée afin d’utiliser son logement dans l’éventualité que le projet se concrétise. En 2007, l’aménagement de l’ancien logement de Sœur Beaudry est réalisé afin d’en faire une maison de quartier. La maison de quartier deviendra une maison qui permettra d’accueillir la pédiatrie sociale et aussi d’autres services pour les familles du secteur. Permettant ainsi à d’autres partenaires de pouvoir venir offrir des services complémentaires à ce qui est déjà offert par le milieu (employabilité, projet commun entre partenaires, etc.). Les milieux familles Adélard Dugré et Jean-Nicolet démontraient plusieurs besoins qui nécessitaient la concertation avec divers partenaires externes au milieu et qui ont, entre autres, pour la plupart un lien avec la table de concertation de ces deux secteurs qui existe depuis janvier 2004.

Le 28 septembre 2006, le Dr Raymond Perrault fait une belle surprise en acceptant d’être le pédiatre de la future pédiatrie sociale de Trois-Rivières. Le service de pédiatrie sociale et son équipe clinique sont partagés aussi avec la ressource Maternaide. Les cliniques de pédiatrie sociale sont offertes à raison d’une journée par mois, soit en avant-midi à Maternaide et en après-midi dans la maison de quartier du secteur Adélard Dugré, en concertation avec la Maison Coup de pouce. Dès l’automne 2008, le service est offert à raison d’une journée par semaine.

C’est à partir du mois de mars 2009 que la pédiatrie sociale est aussi offerte dans la maison de quartier du secteur Jean-Nicolet, en concertation avec la Maison l’Entr’Amis. La maison de quartier Jean Nicolet est une maison offerte par l'OMHTR, avec les mêmes objectifs et opportunités que la maison de quartier du secteur Adélard Dugré. C’est en 2010 que le Dr Michel L’Étoile s’est joint à l’équipe, étant attitré davantage au secteur Jean-Nicolet.

La demande étant grandissante, c’est en juin 2009 que l’on assiste officiellement à la création du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR).

Le CPSTR s’est doté, depuis 2009, d’un conseil d’administration où siègent médecins, gens d’affaires, représentants du milieu, d’organismes ainsi que d'une direction générale, d’un service de secrétariat et d’un important réseau de bénévoles. De par sa clinique, le CPSTR est en mesure d’offrir les services médicaux adéquats par des prestations de services des médecins, une travailleuse sociale et une infirmière. Un partenariat important pour les prêts de services a été conclu avec le CIUSSS Mauricie Centre-du-Québec.

Au printemps 2014, dû à des problématiques de locaux, l’OMHTR offre un 3e local au CPSTR. 

Le Dr Michel L'Étoile nous quitte malheureusement le 10 mai 2014. Son décès laisse un très grand vide et apporte une très grande tristesse pour tous les membres de la clinique, les travailleurs de la maison l'Entr'Amis, de Maternaide, les familles et tous les autres partenaires qui ont eu la chance de le connaître et de travailler avec cet homme de cœur. Il savait lui aussi répondre aux besoins des familles, par l’adhésion à la philosophie de la pédiatrie sociale.

Également, pour des questions d’efficacité, de logistique, de sécurité, de confidentialité des documents et pour faire face aux défis à venir, le CPSTR décide de centraliser ses opérations cliniques dans un seul et même lieu. Il était devenu difficile d’offrir les interventions cliniques dans trois lieux distincts à hauteur de 350 dossiers. Depuis l’été 2014, trois médecins ont joint la clinique et le Dr Perreault a pris sa retraite. 

  • Partenaires
    associés